LOGIN TO YOUR ACCOUNT

Username
Password
Remember Me
Or use your Academic/Social account:

CREATE AN ACCOUNT

Or use your Academic/Social account:

Congratulations!

You have just completed your registration at OpenAire.

Before you can login to the site, you will need to activate your account. An e-mail will be sent to you with the proper instructions.

Important!

Please note that this site is currently undergoing Beta testing.
Any new content you create is not guaranteed to be present to the final version of the site upon release.

Thank you for your patience,
OpenAire Dev Team.

Close This Message

CREATE AN ACCOUNT

Name:
Username:
Password:
Verify Password:
E-mail:
Verify E-mail:
*All Fields Are Required.
Please Verify You Are Human:
fbtwitterlinkedinvimeoflicker grey 14rssslideshare1
Publisher: HAL CCSD
Languages: French
Types: Article
Subjects: films, light polarisation, selenium, [PHYS.HIST] Physics [physics]/Physics archives
La transmission de une ou plusieurs lames minces de sélénium inclinées à 68°, pour une vibration rectiligne incidente perpendiculaire au plan d'incidence (composante σ) varie avec la longueur d'onde. Cette transmission résulte de la superposition des différents systèmes d'interférences multiples que l'on met en évidence dans chaque lame. Ces relations de phase expliquent la sélectivité en longueur d'onde et l'excellente polarisation couramment observée pour les polariseurs à lames minces de sélénium. Le choix des épaisseurs des lames peut être envisagé de façon à tirer profit de ces interférences et à réaliser dans des intervalles de longueurs d'onde donnés (au delà de 10 microns en particulier) des taux de polarisation acceptables avec un nombre réduit de lames. La transmission d'une vibration rectiligne parallèle au plan d'incidence (« composante π ») n'est pas égale à un. On propose une explication faisant intervenir la non homogénéité des lames en épaisseur. Les transmissions π les plus faibles observées (0,89 pour 6 lames à 10 μ) sont dues à l'évolution du sélénium rouge en d'autres variétés.
  • The results below are discovered through our pilot algorithms. Let us know how we are doing!

    • [1] ELLIOTT, AMBROSE et TEMPLE, J. Opt. Soc. Amer., 1948, 38, n° 2, 212.
    • [2]MATHIEU (J. P.), J. Physique Rad., 1955, 16, 249.
    • [3] DUVERNEY (R.) et Mlle VERGNOUX (A. M.), J. Physique Rad., août, septembre 1957, 18, 527.
    • [4] DE LA PROVOSTAYE et DESAINS, Ann. Chim. Phys., 1850, 30, 158.
    • [5] CONN et EATON, J. Opt. Soc. Amer., July 1954,553.
    • [6] ROUARD, Mémorial des Sciences Physiques, 1952, fascicule LV, 45.
    • [7] VERGNOUX (A. M.), Thèse, Paris.
    • [8] VERGNOUX (A. M.) et DELOUPY (C.), Revue d'Optique, 1958, 343.
    • [9] GEBBIE (H. A.) et SAKER (E. W.), J. Opt. Soc. Amer., 1951, 64, 360.
    • [10] BARCHEWITZ et HENRY (L.), J. Physique Rad., 1954, 15, 639.
    • [11] TUCKERMANN (L. B.), J. Opt. Soc. Amer., 1947, 818.
    • [12] HODGSON, Proc. Phys. Soc., B 1955, 65, 593.
    • [13] KECK, J. Opt. Soc. Amer., 1952, 42, 1.
    • [14] DE VORE (J. R.) et PFUND (A. H.), J. Opt. Soc. Amer., octobre 1947, 826.
  • No related research data.
  • Discovered through pilot similarity algorithms. Send us your feedback.

Share - Bookmark

Cite this article